Article

Article

Piza, ou la danse d’un challenger opaque


Piza, ou la danse d’un challenger opaque

Outre Tino Adjete qui a montré le bout du nez comme éventuel candidat, seul Hervé Piza s’est empressé d’officialiser jusqu'ici la candidature de sa liste "Notre football". Dans un concert de vacarme à réveiller les morts. Devant les médias, l'ancien vice-président de Gabriel Ameyi, tout débordant d'énergie, a engagé une vigoureuse et calomnieuse offensive contre la gestion du bureau sortant.

Gestion opaque des ressources, manque de vision, incompétence, c'est le tableau noir dressé par Piza dans une déclaration liminaire trempée dans les plumes de l’incompétence, monstrueusement truffée de coquilles, trahissant la grande précipitation et la légèreté avec lesquelles la candidature "Notre football" a été ficelée. Pas grand-chose à retenir du programme "Notre football", sinon un copier-coller mal structuré des grandes réussites du mandat Akpovy. La grande curiosité de ce fameux programme reste le classement des priorités.

Tenez-vous bien, avec  «Notre football», il faut attendre les troisième et quatrième années pour entamer la réalisation des infrastructures (pelouses synthétiques ou gazonnés, vestiaire et éclairage des installations, etc..), et la mise en place des instruments de la professionnalisation du football togolais. Des envies irrésistibles d'exploser de rire, en parcourant ce programme qui rend bien opaques les réelles intentions de ceux qui l'ont pensé et couché sur papier, et qui ont eu le sacré courage de le rendre public, en l'état.

 "Le premier échec de Piza réside bel et bien dans la conception de son programme. C'est une insulte aux acteurs qui rêvent grand pour ce football. Akpovy a déjà ouvert un vaste chantier des infrastructures, Piza viendra fermer ce chantier, et attendre les 3e et 4e années de son mandat avant de le rouvrir. On recule ou on avance ? Non, ce programme est la marque d'un aventurier dangereux pour notre football si bien reparti sur de bonnes bases", commente Meheza A., sur une plateforme sportive whatsapp.

"D'abord le nom "Notre football" ne rime à rien. Cela n'envoie aucun message et ne traduit aucune vision. C'est de l'enfumage, c'est dire que ce n'est pas du sérieux, rien d’autre que de la navigation à vue", enfonce un autre.

Interrogé sur les propos calomnieux de Piza Hervé, le secrétaire général de la FTF, Pierre Lamadokou, affichant sa sérénité habituelle, estime qu'on ne fait pas de bruit quand on est aux affaires.

 "Le football togolais et surtout son instance faîtière nationale ne sauraient constituer un lieu de villégiature pour des plaisantins", tacle-t-il. Doucement.

En attendant le 25 janvier où, en toute logique,  un 2e mandat attend Guy Akpovy sur un plateau doré, les candidatures sont reçues jusqu'au 26 décembre 2019 à 17 heures.

Extrait d'un article de Yves GALLEY, Symphonie, N° 159 du 19 déc 2019

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 AFRICDEPECHE