Article

Article

Rapport partiel sur les Municipales: NDH-Togo relève une «cacophonie» dans l’organisation


Rapport partiel sur les Municipales: NDH-Togo relève une «cacophonie» dans l’organisation

Les membres de Nouveaux Droits de l’Homme (NDH-Togo) ont adopté partiellement le mercredi 14 août à Lomé leur rapport d’observation des élections municipales du 30 juin au Togo. L’organisation a regretté le fait de n’avoir pas vite réceptionné les accréditations pour prendre part à la campagne électorale. Une situation qui explique,  d'après elle, une carence au niveau de la préparation des élections. De même, NDH-Togo a noté une sorte de cacophonie au sein des bureaux de vote marquée par le fait que les partis politiques n’aient pas suffisamment outillé leurs délégués afin qu’ils puissent véritablement jouer leur rô
L’adoption du rapport a été couplée de la cérémonie de décoration de certains membres de l’association qui se sont fait remarquer en matière de défense des droits de l’homme, dont Me Jean Yaovi Dégli,  et de la remise de certificat de reconnaissance aux observateurs des élections municipales du 30 juin dernier.
Selon Me Bertin Amégah-Atsyon, président de NDH-Togo, cette  cérémonie de distinction est l’aboutissement du processus électoral des élections municipales du 30 juin dernier, élections  supervisées par l'organisation.

« NDH-Togo a activement participé aux élections municipales en déployant sur le Grand Lomé 26 observateurs.  Cette cérémonie est donc organisée pour féliciter et remercier ces observateurs qui ont fait un travail remarquable sur le terrain. C’est le signe de reconnaissance du travail bien fait », a-t-il expliqué.

Dans l'ensemble, l’observation électorale a couvert au total 57 centres et 377 bureaux de vote du Grand Lomé. NDH-Togo a établi que des présidents de bureaux de vote sont souvent sous l’emprise des responsables des partis politiques, et que les acteurs du processus électoral ont brillé par une carence de formation adéquate.

 « Les gens confondaient tout sur le terrain. Les observateurs sont pris à partie.  J’ai été moi-même pris à partie à l’EPP Agbalépédogan. Certains de mes collègues ont subi le même sort parce qu’il n'y avait pas de préparation au niveau des états-majors des partis politiques. L’Etat a également fait preuve de carence dans la formation des acteurs de ce processus très important pour notre pays », a déploré Me Amégah-Atsyon.

Le rapport complet est attendu à l'issue des élections municipales dans les communes d’Avé 2, Bassar 4, Oti-Sud 1, Wawa 1 et Zio 4, prévues pour ce jeudi 15 août.

De symphonie.net


E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 AFRICDEPECHE